Contexte socio-économique et soins obstétricaux au Niger: Niveaux et Tendances dans un contexte de suivi des OMD: de 1992 à 2006 PDF

Notre comparaison avec les données de l’EDS suggérait que les femmes utilisant les SOU étaient significativement plus riches que les femmes dans l’ensemble de la population.


Le Niger est l’un des pays où la mortalité maternelle reste encore la plus élevée au monde avec 648 décès pour 100 000 naissances vivantes (EDSN-MICS 2006). Parmi les facteurs mis en évidence figurent le non recours aux soins prénatals et un manque d’assistance médicale à l’accouchement. En outre, il existe des femmes qui, après au moins une consultation prénatale, n’ont pas été assistées à l’accouchement (37,3% en 1992 ; 53,1% en 1998 et 53,8% en 2006. Or, 80% des décès sont liés aux complications de l’accouchement) : c’est la discontinuité des soins obstétricaux qui est l’objet même de notre étude en relation avec le contexte socio-économique entre 1992 et 2006. Cette étude, la première du genre au Niger, constitue à n’en point douter, une valeur ajoutée dans la lutte contre la mortalité maternelle. Après des analyses au niveau micro et macro, il ressort une relation positive entre la pauvreté, l’analphabétisme et la discontinuité des soins obstétricaux au niveau micro tandis que, les indicateurs au niveau macro mettent en évidence une discontinuité des soins obstétricaux plus élevée dans les groupes pauvres et non scolarisés.

Observations structurées des comportements d’hygiène au Burkina Faso: validité, variabilité et utilité. Les ménages modèles qui ont été formés et diplômés ont atteint au total 4 061 532 ménages sur un total de 15 850 457 ménages éligibles. Parmi les femmes qui reçoivent des soins prénataux, 17% font leur première visite au cours des trois premiers mois de la grossesse.-}