HAUTES VOSGES – HAUTES ALSACE PDF

Presque tous les vignerons remarquables ont une idée claire des plats et même des ingrédients spécifiques qui se marient avec leurs vins.


Plein ciel, pleine nature, une autre Alsace. Celle des Hautes-Vosges du Haut-Rhin, ici impressionnantes par leurs escarpements, là doucement montueuses. Celle des Ballons et des hautes-chaumes, d’une immense forêt, des sentiers de randonnée et des transhumances. Une Haute-Alsace qui a double vue, à l’est sur l’univers rhénan, à l’ouest sur les Vosges lorraines où ses troupeaux trouvèrent longtemps pâture. Les lignes bleues de son lointain ? celles de la Forêt-Noire, des Alpes suisses, du Jura. Ce livre imagé, documenté, fait découvrir ou redécouvrir les Vosges granitiques du « 68 », de la Liepvrette, de la Weiss, de la Fecht, de la Thur et de la Doller, des eaux vives et des lacs, des crêtes et des vallons. Elles ont des particularités géologiques et géographiques marquées, mais aussi humaines. Ce sont celles des Fermes-Auberges tout à fait paysannes et tout à fait accueillantes, qui s’imposent une charte contraignante et la revendiquent. Les fermes d’éleveurs de montagne, pour la plupart « trayeurs » (ce que signifie « marcaire »), pour la plupart fromagers et faisant redécouvrir le munster, valorisant leurs produits et ceux de leurs voisins, leur crème, leur fromage blanc, parfois leurs fruits. Et, toujours, une viande succulente, bovine avant tout, celle aussi des porcs nourris au petit lait près de l’étable. Des éleveurs cueilleurs de myrtilles en leur saison, qui ont affiné leurs dons pour une cuisine typée, toujours généreuse. Jacques-Louis Delpal terminait ce livre, textes et photos, au moment où la très sélective association des Fermiers-Aubergistes du Haut-Rhin fêtait ses quarante ans. Cet album des saveurs et de tous les verts montre des paysages divers, de Sainte-Marie-aux-Mines à l’approche du Sundgau, évoque moraines et prairies d’estive, est peuplé de vaches vosgiennes aussi symboliques que les cigognes, de troupeaux, développe les panoramas. Surtout, il donne aux gens la place d’honneur : les éleveurs, les agricultrices chez qui on s’attable et qui régalent sont tous des paysans de montagne à qui cette montagne doit beaucoup. Delpal conte l’histoire ancestrale et le présent des marcaires et des agriculteurs qui ont Fait le paysage et le maintiennent, aiment un beau pays où la vie est rude. Evitant les poncifs, ne multipliant les anecdotes que fondées, il s’est entretenu avec eux, pendant la traite, à l’auberge après le service, parfois dans la cuisine ou dans la fromagerie, dans les chaumes, à la « ferme d’en bas ». Cet auteur « très géographe et bon gastronome » dont l’illustre Germain Muller relut et préfaça les premières enquêtes touristiques, prouve à nouveau qu’il est fin connaisseur des univers de toute l’Alsace, traditionnelle et réelle, à laquelle il a consacré des ouvrages de référence, d’innombrables articles « papier » et « internet ». Pour en savoir plus sur lui et sa bibliographie, pas seulement alsacienne, il suffit d’interroger le web

Les zones romanes font partie de la région de langue patois. Jour 2 En quittant Strasbourg par la piste cyclable du canal, nous nous dirigeons vers le nord à travers Schiltigheim (la maison du favori français Tommy Voekler) dans une campagne préservée et il ne reste pas longtemps avant que nous soyons sur des chemins singletrack avec des vues fines. Soumettez une demande et un devis vous sera envoyé par courriel.-}