L’année francophone internationale PDF

Les pays africains ont joué un rôle de leadership, les présidents du Sénégal (Senghor), de la Tunisie (Habib Bourguiba) et du Niger (Hamani Diori) ayant rédigé la charte de l’ACCT.


La vingt-deuxième édition de L’Année francophone internationale (AFI) est marquée par quatre grands Dossiers : l’avenir des universités francophones dans un contexte de mondialisation de l’enseignement supérieur ; les trente ans de coopération de la Fédération Wallonie-Bruxelles avec les États et gouvernements francophones ; le centenaire de naissance d’Aimé Césaire ; et un hommage mérité à deux piliers de l’AFI. Comme chaque année, L’AFI établit une information actualisée et détaillée sur l’espace francophone, décliné en neuf régions : Afrique subsaharienne, Amérique du Nord, Asie du Sud-Est, Caraïbe, Europe, Maghreb, Océan Indien, Proche-Orient et Zone Pacifique. La nouvelle édition accueille aussi les nouveaux pays admis dans la communauté francophone au Sommet de Kinshasa en octobre 2012 : le Qatar (membre associé), l’Uruguay (membre observateur), mais aussi l’Arménie (devenu membre à part entière). Au fil des régions et des pays s’égrènent les faits marquants de l’actualité politique, économique, sociale, culturelle et scientifique de l’année 2012-2013. Ce numéro comporte aussi la section Lectures francophones, qui propose un choix de nombreux livres liés à la question francophone, parus dans les douze mois précédents. Dans L’AFI, toutes les « races » sont réunies en une communauté francophone de plus d’une centaine d’informateurs, d’analystes et de chercheurs. Les collaborateurs de l’AFI sont les registraires de l’instant francophone qui fait date, des historiens d’un présent déjà patrimonial. Habités par l’esprit de Senghor et le vent fort de la francophonie, qui soufflent urbi et orbi, ils posent autour de la terre les mâts ou les pylônes d’éolienne qui soutiennent l’électrification francophone du monde. L’Année francophone internationale s’adresse aux professionnels qui oeuvrent dans les relations internationales, aux enseignants, aux chercheurs, aux étudiants, aux décideurs politiques et au grand public qui cherchent à s’informer sur les évolutions du monde contemporain.

Il y a plus de 369 millions de francophones sur Terre. La maîtrise de l’anglais ou du français était l’un des critères. La FID reflète la diversité des Franco-Ontariens, peu importe leur lieu de naissance, leur origine ethnique ou leur affiliation religieuse.-}