La guerre du Péloponnèse PDF

Socrate a conseillé à son ami 7 de répondre que les femmes devraient penser à lui comme des moutons ont fait un chien de garde.


 » Aucun conflit, dans l’Histoire, n’est aussi riche d’enseignements pour notre époque que la guerre du Péloponnèse  » : cette conviction est au coeur de l’enquête menée par l’historien Victor Davis Hanson sur la lutte qui opposa, il y a près de cieux initie cinq cents ans, Sparte et Athènes. Car la guerre du Péloponnèse préfigure nombre de conflits modernes : ce fart un affrontement titanesque entre deux superpuissances et leurs alliés, une sorte de guerre mondiale à l’échelle de la Grèce ancienne ; ce fut aussi une sanglante guerre civile, puisqu’elle mit aux prises des hommes qui adoraient les mêmes dieux et parlaient la même langue ; ce fut surtout une guerre sale, qui inventa de nouvelles méthodes de terreur, bien éloignées du traditionnel combat d’hoplites. Sièges, coups de main, meurtres d’otages, massacres de civils et de prisonniers s’enchaînèrent durant vingt-sept ans, jusqu’à la capitulation d’Athènes : la Grèce de l’âge d’or n’était plus. Pour raconter le premier conflit total de l’Histoire, ce livre, s’inspirant de Thucydide, nous fait toucher du doigt la chair même de la guerre : le sort d’Athènes livrée à une peste meurtrière, l’effroi des assiégés mourant de faim, le désespoir de généraux illustres, comme la mort, loin de chez eux, d’humbles soldats paysans…

Soutenus par près de 200.000 héroïnes (serfs) qui travaillaient dans les fermes de Messénie et de Laconie, les Spartiates alignèrent des hoplites professionnels, infanterie toute l’année, non soumis aux restrictions normales imposées par l’agriculture libre aux soldats de l’infanterie. Une défaite militaire massive à Aegospotami a prouvé la paille finale, et Athènes a capitulé. Sparte avait la meilleure armée; ses citoyens masculins ne faisaient que s’entraîner et se battre.-}