La Société irakienne : Communautés, pouvoirs et violences PDF

Initialement des groupes armés non étatiques qui organisaient autour de perdre des structures de milices préexistantes telles que l’Armée Mahdy, l’Organisation Badr ou la Ligue des Justes (AAH), le Hashd Al Sha’abi fut rapidement intégré aux institutions de l’Etat. sous le contrôle du Premier ministre, bien qu’en réalité Haider Al Abadi n’ait jamais réussi à rendre alors ses comptes à son bureau.


Bien qu’occupant de nouveau la une de la presse depuis le 11 septembre, l’Irak constitue l’un des trous noirs des études sur le Moyen-Orient. On est impressionné par la faiblesse, tant quantitative que qualitative, d’études sur la société et sur les structures du pouvoir ba’athiste en place dans ce pays depuis 35 ans. Cet ouvrage, qui regroupe une partie des communications présentées à un colloque organisé par le CEIFR (Centre d’études interdisciplinaires du fait religieux) et l’IISMM (Institut d’études de l’islam et des sociétés du monde musulman), tente de présenter quelques clefs d’intelligibilité du  » dossier irakien « .
Sans faire l’impasse sur une actualité chargée, il prend du recul par rapport à elle et vise à changer l’échelle d’observation et, partant, d’interrogation. Il discute, dans un premier temps, des dynamiques multiples de la société irakienne et des structures du pouvoir depuis les années 1920, et plus particulièrement depuis le coup d’État ba’athiste de 1968. Il tente, dans un deuxième temps, de comprendre les contraintes qui ne manqueront pas de peser sur la société irakienne après la chute probable du régime de Saddam Hussein. Enfin, il s’interroge sur la place de ce pays dans l’imaginaire persan, arabe et chez les Américains musulmans.

Avec son large éventail d’institutions suggérées, il offre de nombreuses opportunités pour faciliter la transformation d’un nouveau design institutionnel. Les étudiants ont recueilli des conseils de centaines de dirigeants de la paix, y compris des lauréats du prix Nobel de la paix, à inclure dans leur livre. Politiquement polarisée, sous pression économique et avec de faibles alliances, la Turquie est prête à de plus grands bouleversements.-}