Le capitalisme est en train de s’autodétruire PDF

Il en résulte donc une hiérarchie de professions productrices de connaissances allant du chercheur scientifique hautement qualifié ou du planificateur à long terme, qui conserve une certaine indépendance d’action (et s’identifie en partie avec les objectifs de gestion) au compilateur de données dont le travail est aussi routinier, aussi aliénant et aussi mal payé que celui de la plupart des ouvriers qualifiés.


Le capitalisme est-il en train de s’autodétruire ? La question peut sembler saugrenue, voire provocatrice, au moment même où les grandes entreprises de la planète, y compris en France, affichent des profits insolents, rémunèrent très confortablement leurs dirigeants et distribuent des dividendes records à leurs actionnaires… Alors que la croissance économique – en Europe en tout cas – stagne, que les délocalisations se multiplient et que chômage et précarité s’aggravent, on comprend que le débat devienne vif sur la légitimité d’une telle captation de richesses. Dans ce livre décapant et remarquable de clarté, les auteurs n’y vont pas par quatre chemins pour qualifier ce paradoxe : c’est au moment où le capitalisme n’a jamais été aussi prospère qu’il apparaît le plus vulnérable, et nous avec lui. Parce qu’il s’agit d’un capitalisme sans projet, qui ne fait rien d’utile de ses milliards, qui n’investit pas, qui ne prépare pas l’avenir. Et face au malaise social, les gouvernements ne traitent le plus souvent que les symptômes, faute de prendre en compte le fond du problème. Ce problème, c’est l’absurdité du comportement des grands investisseurs, qui exigent des entreprises des résultats beaucoup trop élevés. Du coup, elles privilégient le rendement à trois mois plutôt que l’investissement à long terme, quitte à délocaliser, à faire pression sur les salaires et à renoncer à créer des emplois ici et maintenant. Voilà pourquoi il est urgent, expliquent les auteurs, de réformer profondément la gestion de l’épargne, d’imposer de nouvelles règles de gouvernance aux gérants comme aux régulateurs. Faute de quoi on n’évitera pas une nouvelle crise du capitalisme, avec toutes ses conséquences politiques et sociales.

Mais dans notre situation, une révolution satisfaisante exige que certaines de ces idées et valeurs fondamentales soient abandonnées, le plus évidemment la notion conventionnelle de «progrès». Voir plus Climate Change Book Examens Albedo International Équipes Nasa Environnement Solaire Météo Forward Amélioré Méthode pour mesurer l’impact des éruptions volcaniques sur le climat Voir plus Discus Changement climatique Rejoignez les organisations La présidente de CARE Helene Gayle se joint à Arianna Huffington et d’autres panélistes pour discuter du changement climatique Skoll World Forum. Il y a toujours eu des mouvements, des dirigeants, des partis, etc., qui ont commis des erreurs au nom des peuples.-}