Le chômage, fatalité ou nécessité ? PDF

Très probablement, quelqu’un a déjà parlé à l’avocat.


Chaque jour, en France, 10 000 emplois sont détruits… et 10 000 emplois sont créés. Un surprenant phénomène qui concerne tous les pays industrialisés. Connu depuis peu d’un petit cercle d’experts, il bouleverse la manière de penser le chômage, mais aussi les politiques pour le combattre. Reste à le faire connaître au public, quitte à bousculer les idées reçues
non, le chômage n’est pas une fatalité liée à la mondialisation et au capitalisme financier ; non, un bon salaire n’est pas toujours l’ennemi de l’emploi ; non, la législation sur les licenciements ne protège pas l’emploi ; non, il ne faut pas beaucoup attendre de
la formation professionnelle ; non, le travail ne se  » partage  » pas, car il se recompose par d’incessants mouvements de créations et de destructions d’emploi.
À ce titre, si paradoxal que cela puisse paraître, le chômage est nécessaire : il est indispensable à la croissance. Voilà ce qu’enseignent les recherches les plus récentes, fondées sur des enquêtes de terrain conduites en France et dans de nombreux pays. Il est urgent d’évaluer les résultats des politiques publiques
d’emploi à la lumière de ces découvertes. Car le temps
n’est pas encore venu de dire que l’on a  » tout essayé  » pour combattre le chômage.

Trois appels réussis contre Centrelink et je ne leur fais même pas confiance pour écrire mon adresse correctement. Les plaisirs de cette conférence étaient surtout de la variété sociale. Et rappelez-vous, dès qu’une personne trouve un emploi (un bon travail gratifiant décent), elle cesse d’être un fardeau pour la société et arrête de payer des impôts et de stimuler l’économie.-}