Le corps et l’esprit en harmonie : Déboires familiaux, politiques, les sectes, le harcèlement professionnel PDF

En conséquence, ils ont été incapables de concocter une stratégie raisonnable de A à B.


Jean-Marc TRUCHET rapporte dans cet ouvrage, le fruit de son expérience et de son analyse de notre société.
Combien de fois voit-on des individus en apparence parfaitement sains, tout-à-coup plonger dans la déprime, dans les expédients divers et variés, s’accrocher à l’illusion d’un salut toujours à venir et pour finir ne jamais en sortir ou être récupérés par telle ou telle mouvance. Alcool, tabagisme, médicaments, drogue, déviances sexuelles, sectes diverses… sont souvent au rendez-vous d’un état psycho- somatique qui généralement ne doit rien au hasard. Chômage, « Mise au placard » professionnelle, action déstabilisatrice de certains médias, perte de la foi, mécanisation à outrance, banalisation de la médiocrité, argent roi, ambition démesurée, ennui, perte d’un être cher, actions insidieuses de proches…
La liste est longue en ce domaine mais l’action toujours dommageable pour qui ne peut l’affronter et la vaincre.

En première partie, à travers de nombreux constats conduisant trop d’individus vers des situations souvent très difficiles à vivre, cet ouvrage se veut avant tout constituer un message afin d’attirer l’attention de chacun, puis inciter à la réflexion pour conserver ou acquérir une tête saine sur un corps sain sans lesquels l’être humain ne peut se réaliser.
Dans cet esprit, en seconde partie, il propose de nombreuses voies envisageables dont la simplicité confine souvent à l’évidence mais trop souvent oubliées ou que la situation personnelle du moment conduit bon nombre à les estimer hors d’atteinte… Et pourtant !..

Enfin, le lecteur ne pourra rester indifférent à l’étonnant et très curieux dialogue touchant à la source même de la vie, celui de deux personnages : Maxi et Mini.

On ne fait pas d’homme fort sans combats personnels. Ceci constitue une loi fondamentale de la nature dont nous ne sommes qu’un des éléments. C’est peut-être pourquoi, cet homme là, certains voudraient bien le désarmer…

Il y aurait eu beaucoup moins de biais sur les coûts, moins de coûts d’opportunité dépensés et beaucoup moins d’atmosphère hostile. Sans organisation sociale, il ne peut y avoir de garant des droits individuels. L’exemple paradigmatique de ce genre est «Quelle est la question avec le Kansas?» De Thomals Frank, et son motif définitif est celui d’un écrivain récitant chaque platitude dans le manuel cliché du Parti démocrate tout en se donnant une tape dans le dos d’être si audacieux que de suggérer que les Pauvres Blancs ne viennent pas tous du casting central sur « Deliverance ».-}