Le pavillon des miroirs PDF

Et cela se reflète dans notre pays: nous voulons également éviter les conversations inconfortables ou l’admission de la culpabilité.


« Je suis encore petit. Lili aime se frotter contre moi l’après-midi quand on fait la sieste. Elle ôte ses culottes qui sentent fort en disant que c’est parce que le bébé a fait pipi dessus. C’est bon et irritant à la fois ; je me laisse faire sans protester. Je la trouve jolie, ma petite tante, surtout lorsqu’elle ne se fâche pas, qu’elle soupire et me serre entre ses jambes moites. La chaleur de la chambre fermée et une fatigue étrange me poussent vers le sommeil. Ça sent le bébé qui dort, la sueur et les culottes de Lili. Lorsque je me réveille, qu’elle n’est plus là, je ne me souviens de rien. Seules les odeurs persistent, mélangées à celle de la moisissure qui envahit les murs. Le soleil frappe de biais les battants fermés des jalousies et tisse des raies brillantes de poussière dans la pénombre humide. Très forte envie de pisser. »

Juste une courte distance en voiture est le célèbre Chapel Down Winery et le restaurant The Swan où vous pouvez dîner sur les meilleurs produits locaux et des vins anglais primés. Y at-il un lien entre le live et le delay que vous avez produit avec la vidéo en circuit fermé dans les années 70, et la réflexion et l’anamorphose que vous produisez avec des miroirs depuis. Engagée dans sa communauté et son environnement, la Fondation Martell explore également de nouvelles frontières en réutilisant une partie du bois de l’installation précédente de Vincent Lamouroux, Par nature.-}