Les Echos du Refus Global PDF

Contact Facebook Twitter Tufts quotidiens de photographie Faire un don.


Soixante ans après la publication du Refus global, que reste-t-il du bouillonnement revendicatif ayant animé les auteurs et les signataires de ce texte qui a marqué une époque ? En 2008, quelles sont les réalisations de ce «nouvel espoir collectif» ? Quelle lecture Marcel Barbeau, Pierre Gauvreau ou Françoise Sullivan, signataires du Manifeste en 1948, proposent-ils de la société québécoise actuelle ? Quant aux héritiers du mouvement Refus global, tels qu’Isabelle Biais ou Biz de Loco Locass, éprouvent-ils un «sauvage besoin de libération», comme celui qui habitait alors Paul-Émile Borduas ?

Jonathan Mayer nous offre une analyse sociétale avec, pour toile de fond, un texte fondateur et novateur. Cet essai permet de faire résonner les voix de Marcel Barbeau, Biz, Isabelle Biais, Janine Carreau, Yvon Deschamps, Raoul Duguay, Pierre Gauvreau, Ninon Gauthier, Tania Kontoyanni, Hélène Pedneault, Lorraine Pintal, Françoise Sullivan et Christian Vanasse à travers des entretiens engagés.

Jonathan Mayer enseigne la philosophie au Cégep de Sherbrooke et est chargé de cours à la Faculté de droit de l’Université de Sherbrooke. Ses travaux et ses principaux intérêts couvrent plusieurs champs de recherche comme l’esthétique, l’environnement et la philosophie politique. Les échos du Refus global est le fruit de cinq années de labeur, de détermination et, surtout, de grand plaisir.

Le New Yorker peut gagner une partie des ventes de produits et services achetés via des liens sur notre site dans le cadre de nos partenariats d’affiliation avec les détaillants. Néanmoins, le président somalien, Mohamed Abdullahi Mohamed, s’est rangé du côté du Qatar et a appelé au dialogue entre toutes les parties. Ce n’est pas un test de votre crédibilité, c’est un test de sa part.-}