NEW ORDER Des larsens sur le dancefloor PDF

Même le fait que les gens soient autorisés à fumer à l’intérieur dans ce pays sauvage, et que la piste de danse était un champ littéral de mégots de cigarettes à la fin de la soirée, ne pouvait contenir l’exultation.


« New Order a toujours eu l’étrange faculté de se trouver au bon moment et au bon endroit », expliquait Peter Hook, début 2013, à un journaliste de Rock & Folk. Une affirmation qui pourrait bien trouver sa source dans le courant de l’année 1976, alors que les Sex Pistols prennent d’assaut la scène du Lesser Free Trade Hall de Manchester. Dans le public : quelques jeunes banlieusards fascinés et bientôt déterminés, eux aussi, à changer le monde. Sans la déflagration punk, point de Joy Division. Et sans Joy Division, point de New Order… Sur les cendres de ce premier groupe, foudroyé en pleine ascension par la mort de son chanteur Ian Curtis, Peter Hook, Bernard Sumner et Stephen Morris vont rebâtir une formation au son unique, associant le post-punk de leurs débuts à un maquillage électro révolutionnaire pour l’époque. New Order, groupe précurseur, dont l’histoire aurait sans doute été bien différente sans l’effervescence d’une ville, Manchester, la naissance d’un club, l’Haçienda, et les audaces, égarements ou coups de génie de personnages tels que Martin Hannett, Rob Gretton, Tony Wilson, Peter Saville… Théâtre et acteurs d’une saga aussi fascinante qu’atypique et chaotique…

Quand une métaphore est critiquée, elle dérange la communauté universitaire dont les membres admettent qu’ils ne prendront pas position ou ne feront pas un effort pour en proposer une meilleure pour remplacer ou compléter la métaphore attaquée. Quand la scène électrique est sortie, ça a juste cimenté ma direction. Helga est malheureuse, car elle se sent seule et se sent séparée de ses étudiants et de la société du Sud.-}