Pratique des normes IFRS : Comparaison avec les règles françaises et les US GAAP PDF

Il peut parfois être approprié pour une entité de prendre en compte les indications contenues dans les normes US GAAP lors de la détermination de la comptabilisation appropriée des dispositions logicielles en vertu des IFRS.


Depuis le 1er janvier 2005, toutes les sociétés cotées et leurs filiales sont tenues de présenter leurs comptes consolidés conformément aux normes comptables internationales, ou IFRS (International Financial Reporting Standards). Ces normes, appliquées aujourd’hui dans la plupart des pays du monde, servent de base aux évolutions des normes nationales (notamment en France et aux Etats-Unis) et sont devenues le langage de référence universel de la comptabilité et de l’information financière. Depuis leur mise en place, les normes IFRS ont été profondément remaniées et de nombreuses révisions ont abouti, certaines normes ayant été totalement réécrites, voire remplacées. Ainsi, le référentiel que les entreprises doivent utiliser à compter du début 2009 est très différent de celui appliqué jusqu’alors. A la fois repère et guide pratique, cet ouvrage analyse de façon rigoureuse et détaillée l’ensemble des normes internationales définies par l’IASB et les compare aux règles comptables françaises et américaines. Grâce aux tests en fin de chapitre, aux nombreux exemples chiffrés souvent tirés de cas réels, aux modèles d’écritures comptables et d’états financiers, ainsi qu’aux définitions récapitulées en annexe, l’ouvrage permet la maîtrise et la mise en œuvre des opérations de conversion indispensables.

La recherche a été financée conjointement par le Conseil canadien de surveillance de la normalisation comptable et l’IFRS Foundation. (IFRS.org). Les participants bénéficieront d’études de cas, d’exemples et d’exercices spécifiques au client. Selon ce concept, un profit n’est gagné que si la capacité de production physique (ou la capacité opérationnelle) de l’entité (ou les ressources ou fonds nécessaires pour atteindre cette capacité) à la fin de la période dépasse la capacité de production physique au début de la période , après exclusion des distributions et des contributions des propriétaires au cours de la période.-}